Prochainement :

Réguler les marchés dans la mondialisation

Quatrième conférence-débat du cycle : "La gauche peut-elle changer la société ?"

Comment réguler les marchés dans une économie globalisée ?

Quelles politiques macro et microéconomiques pour un dynamisme économique socialement et écologiquement responsable ? Enjeux politiques et théoriques.

Débat à Bruxelles.

Date : le jeudi 15 mai à 20h

Lieu : Facultés Universitaires Saint Louis, Auditoire 3. Boulevard du Jardin Botanique, 43 à 1000 Bruxelles (métro Rogier ou Botanique / Gare du Nord)

Entrée libre - inscription souhaitée à info@etopia.be ou par fax (081/231.847)

Avec Pascal Petit Economiste de "l’école de la régulation"*, directeur de recherche au CNRS, professeur au Centre d’économie de Paris Nord, chercheur au Cepremap. Président de l’European Association for Evolutionary Political Economy. Auteur de "Croissance et richesse des nations" (La Découverte, 2005)

Et les intervnetions, entre autres, de Jacky Morael et Christophe Derenne (Etopia)

Pilotage : Etopia.

*L’école de la régulation est un courant économique alternatif (« hétérodoxe ») qui envisage le fonctionnement de l’économie comme indissociablement lié au fonctionnement d’institutions interdépendantes qui permettent de réguler et stabiliser les comportements des acteurs individuels et collectifs. Chaque époque se caractérise par un « régime d’accumulation » organisant d’une manière spécifique les relations entre Etat, relations de travail, système monétaire et financier, régime de concurrence... Les « Trente glorieuses » ont correspondu à l’apogée d’un régime d’accumulation particulier : le « fordisme », qui a fini par engendrer des déséquilibres internes conduisant à un changement de régime. C’est cette transition vers un capitalisme patrimonial et financiarisé que l’on observe depuis près de trente ans. Une des questions qui anime les travaux de l’école de la régulation consiste à comprendre les mécanismes de stabilisation de ce nouveau régime - ceux qu’il produit de lui-même et ceux qui lui font défaut. L’enjeu politique consiste alors à identifier les tendances qu’il faut encourager et celles qu’il faut contrecarrer, et à définir les outils de régulation que l’on peut utiliser pour ce faire. Ceux-ci peuvent à la fois concerner la gestion des grands flux de l’économie mais aussi le pilotage de plus petites unités, comme l’entreprise.