Le dictionnaire du prêt-à-penser

Profits

Mateo ALALUF
Sociologue

Les profits d’aujourd’hui seront les investissements de demain et les emplois d’après-demain : « théorème » énoncé naguère par Helmut Schmidt, chancelier social-démocrate allemand (1974-1982) qui aura prévalu à partir des années 1980 et orienté depuis la conduite des gouvernements européens. Avec le recul, le bilan s’impose aujourd’hui.

Procédons systématiquement par étapes. En ce qui concerne « les profits », les résultats ont été inespérés. Les banques et investisseurs institutionnels devenus très puissants ont pu imposer aux entreprises des taux de rentabilité de l’ordre de 15% pour créer de la « valeur pour l’actionnaire ». Le succès a été tel que les profits ont pris l’ascenseur, alors que la production des richesses s’essoufflait dans les escaliers.

Si pour les profits, le bilan a dépassé toutes les espérances, il n’en fut pas de même pour les investissements. « Les profits d’aujourd’hui » n’ont pas été réinvestis « demain » dans la production mais ont alimenté la sphère financière. Ainsi a-t-on assisté d’une part au développement d’un industrie financière mondialisée alors que d’autre part, les salaires stagnaient pour nourrir les profits. L’abaissement de la part des revenus du travail dans la richesse produite a trouvé un palliatif dans l’endettement des ménages pour maintenir le niveau de consommation. Mais la cupidité capitaliste qui impose un taux de profit plus élevé que la production des richesses, ne pouvait que percer la bulle financière.

Le risque assumé en théorie par l’actionnaire se trouve transféré, par l’entremise des entreprises, sur les salariés. Hier, ils avaient vu leur revenu stagner pour gonfler des profits exorbitants. Aujourd’hui, ils perdent massivement leurs emplois. Demain, ils payeront avec leurs impôts le « sauvetage des banques ».

« Après demain » nous assisterons donc à un véritable désastre : les emplois disparaîtront, le chômage augmentera tandis que les inégalités sociales atteindront un niveau inédit. Dans son dernier livre, Isabelle Stengers [1] nous rappelle aussi combien la catastrophe de la Nouvelle Orléans avait frappé les esprits : les riches se mettaient à l’abri alors que les pauvres étaient abandonnés à leur sort. Les questions écologiques deviennent à leur tour des multiplicateurs d’inégalités. Lorsque le profit prime sur la nécessité de composer avec la nature, le « théorème de Schmidt » s’assimile non seulement au désastre économique mais aussi à la promotion d’un projet nommé capitalisme que l’on peut qualifier désormais de criminel.

Mots Clés : Capitalisme , Economie

[1] Isabelle Stengers, Au temps des catastrophes. Résister à la barbarie qui vient, La Découverte, 2009, 205 p.