Accueil du site  >Archives  >(n°89) : Mouvements (...)  >Climat : menace de niveau 5 sur une échelle de 4
En vert et rouge contre tout

Climat : menace de niveau 5 sur une échelle de 4

Daniel TANURO

Paris accueillera à la fin de l’année le sommet « climat » des Nations Unies. François Hollande annonce un événement historique. La représentante de la France dans les négociations, Laurence Tubiana, est plus réaliste : « Nous ne serons pas en capacité d’être dans un scénario de limitation du réchauffement à 2 °C  », a-t-elle déclaré suite à la rencontre de Lima en décembre 2014.

Selon les médias, l’accord entre la Chine et les États-Unis allait débloquer les négociations au Pérou. C’était de la propagande pour nous rassurer. En réalité, les engagements pris par les deux plus gros pollueurs étaient très modestes et insuffisants, en particulier pour ce qui concerne l’Oncle Sam.

Lima a prolongé la tendance à l’œuvre depuis l’échec de Copenhague en 2009 : au lieu de partir du budget carbone encore disponible pour le partager équitablement entre pays – c’est-à-dire en tenant compte à la fois des responsabilités historiques dans le réchauffement, du niveau de développement et des capacités de chacun – on part des objectifs volontaires que chaque gouvernement veut bien se fixer... en fonction de ses préoccupations économiques et géostratégiques.

Pourquoi cette méthode ? Parce que le partage équitable du budget carbone déboucherait sur trois conclusions incompatibles avec le capitalisme productiviste et inégalitaire : 1) il faut réduire la production matérielle, en particulier dans les pays riches ; 2) la transition nécessite un juste partage des ressources financières et technologiques ; 3) rien ne sera possible sans une implication démocratique massive des populations.

Résultat des courses : on va droit vers un réchauffement de 4 °C ou plus d’ici la fin du siècle. Autrement dit une catastrophe sociale et écologique d’une ampleur inimaginable, et irréversible à l’échelle humaine des temps.

La menace climatique est de niveau 5 sur une échelle de 4. Pour la contrer, ce n’est pas l’armée qu’il faut mettre dans la rue : c’est nous. Tous à Paris en décembre 2015 !