Café Carabosse

Demain, j’enlève le haut

Irène KAUFER

‘‘Chaque année, nous sommes invitées à choisir l’homme de l’année, qui est très rarement une femme. Et si nous devions choisir la femme de l’année, ce serait qui, pour vous ?

- D’abord ce ne serait pas « la » femme mais « les » femmes, ça changerait déjà du narcissisme habituel. Moi, mon Ballon d’Or, il va à toute l’équipe !

- Je vote pour les Pussy Riot. Des femmes courageuses, qui ont eu le mérite d’attirer l’attention du monde sur cette belle démocratie russe chère à Depardieu...

- Tant qu’à choisir des femmes courageuses, je vote pour les Femen. Car les Pussy Riot sont en prison, tandis que les Femen continuent à sévir, y compris quand Poutine est reçu en grande pompe à Bruxelles [1]. Des femmes qui n’ont pas peur de prendre des coups, qui hurlent et se débattent plutôt que de fuir, qui mettent bas tous les masques... j’avoue mon admiration.

- C’est sûr, elles ne manquent pas de courage... mais quand des femmes manifestent seins nus, est-ce que les médias, le public, voient autre chose que les seins ? Est-ce qu’on retient les slogans peints à même leur torse ? Est-ce qu’elles détournent vraiment les codes de la féminité, ou est-ce qu’elles renforcent les stéréotypes ? Pas celui de la femme soumise, certes ; mais la furie est aussi une figure féminine stéréotypée [2].

- En tout cas, elles ont le mérite d’attirer l’attention, plus que vous avec tous vos colloques, réunions et plaintes... Et elles intéressent des jeunes qui trouvaient jusqu’ici le féminisme plutôt ringard.

- Oui, à condition d’être aussi jeune, seins fermes et ventre plat... Un groupe Femen seniors, seins flasques, bourrelets et varices, tu crois que ça marcherait... ? Leur campagne de recrutement en France, ça ressemble quand même davantage à une publicité pour un yaourt bifidus actif que pour l’activisme féministe.

- Et avec quel message ? Qu’elles savent mieux ce qui est bon pour les femmes que les femmes elles-mêmes ? Qu’elles sont les seules à détenir et les bons objectifs et les bonnes méthodes ? Et quand leur fondatrice déclare que le problème de la société ukrainienne n’a pas réussi à « éradiquer la mentalité arabe envers les femmes », vous ne percevez pas là comme des relents très douteux ? D’autant que si l’Ukraine compte 92% de parlementaires masculins et pas une seule femme au gouvernement, pas sûr que ce soit dû à une mentalité « arabe »...

- Moi je n’aime pas qu’on attaque des féministes, qu’elles soient seins nus, musulmanes ou prostituées. Ou même ringardes. On a déjà assez d’ennemis comme ça. Est-ce qu’on ne pourrait pas travailler ensemble là où on est d’accord et arrêter de se tirer dessus quand on ne l’est pas ? Masquées, seins nus ou à barbe [3] : à chacune sa méthode !

- D’accord, mais si demain tu décides d’enlever le haut, arrange-toi quand même que ce ne soit pas le cerveau.

[1] Comme ce fut le cas le 21 décembre 2012, où les Femen ont été les seules à manifester contre sa venue et ont été malmenées par la police.

[2] Un article intéressant est paru sur le site d’information Rue89. Voir aussi une autre analyse à l’adresse www. tumultueuses.com/Ha-les-FEMEN.

[3] La Barbe, groupe d’action français qui dénonce avec humour et poils au menton l’absence de femmes dans les lieux de responsabilités, qu’elles soient politiques ou culturelles