Les musées aiment-ils le public ?

Bernard Hennebert (Couleur livres, 2011)

Pour son quatrième livre, l’auteur s’intéresse à nouveau aux droits des usagers, et là où ils sont quasi inexistants : dans le monde muséal. Il s’appuie sur ses visites menées depuis 25 ans dans les musées belges et étrangers.

Il a également “testé” bien des expositions : Van Gogh à Amsterdam, Toulouse Lautrec à Paris, Magritte à Bruxelles, Bosch à Rotterdam, L’Art Déco à Londres ou Khalo à Bruxelles.

Le livre analyse comment divers musées sacrifient les droits de leurs visiteurs à la rentabilité : hausse importante des entrées, présentation incomplète de la tarification, gratuités supprimées, interdiction de photographier, oeuvres annoncées mais retirées... Nombre de musées se commercialisent. Une démarche culturelle établie sur le long terme risque d’être perdante face à des évolutions qui visent surtout la quantité et l’événementiel.

Bernard Hennebert propose des alternatives réalistes. En priorité, rassembler les usagers intéressés pour cimenter un contre-pouvoir capable de neutraliser tant d’évolutions mercantiles qui appauvrissent le supplément d’âme censé caractériser la culture. Des avancées concrètes en ce sens existent, mais ne sont guère médiatisées. La dernière partie de ce livre s’y emploie.

Bernard Hasquenoph signe la préface. En animant son site louvrepourtous.fr, ce visiteur parisien mène ses actions revendicatives vis-à-vis du Louvre, du Château de Versailles ou du Musée d’Orsay.