Accueil du site  >Abonnement / achat numéros  >Les livres offerts  >L’illusion identitaire des étudiants francophones

L’illusion identitaire des étudiants francophones

Mathilde Collin, Academia-Bruylant, 2008.

Le Mouvement des étudiants universitaires belges d’expression française (Mubef, rebaptisé plus tard Mouvement unifié belge des étudiants francophones) est fondé en 1961 pour donner un pendant francophone à la Vereniging van Vlaamse Studenten (VVS), l’organisation des étudiants flamands qui, animée par un mouvement flamingant, avait quitté la Fédération des étudiants de Belgique (Feb) en laissant les étudiants francophones un peu démunis.

Le Mubef se construit donc sur une base identitaire francophone, mais l’appartenance linguistique étant peu développée, l’organisation, qui se veut représentative, doit trouver de nouveaux critères de rassemblement. Le défi est de taille à une époque où la société européenne et mondiale est en pleine mutation et où les institutions belges se déchirent.

Entre objectifs culturels, régionalistes, corporatistes, syndicaux, générationnels et révolutionnaires, le Mubef éprouve toutes les difficultés à se définir, trébuche sur le paradoxe entre projet politique et représentativité et finit par amorcer une chute qui lui sera fatale lorsque, en 1970, il tranche en faveur de l’idéologie marxiste-lénisniste.